>accueil>artistes>Emile Bernard>Œuvres de Maistre François Villon

Emile Bernard - Œuvres de Maistre François Villon

Gravure - 1918 - (ref.:EEBD010)
Emile Bernard - Œuvres de Maistre François Villon

Œuvres de Maistre François Villon
Bois. Ambroise Vollard, éditeur à Paris
1918
Imprimé sur les presses à bras d’Emile Fequet et par les soins de l’illustrateur Emile Bernard.
In 4° - 325x250 en feuilles
Exemplaire numéroté 142 sur 254

 

Catalogue raisonné des œuvres gravés réf. Morane n°97

La justification de tirage indique 254 exemplaires : 2 exemplaires sur satin numérotés A et B, 2 exemplaires sur Hollande numérotés C et D, colorisés par Emile Bernard, 1 à 25 sur Japon, 26 à 250 sur Velin à la cuve au filigrane du titre du livre.

Illustration. 42 bois hors texte dont le frontispice, un portrait supposé de Villon au format 270/285x193/195. 24 bois hors texte, composition d’un dessin central entre deux bandeaux d’ornements végétaux au format 230x165 cm, le dessin central mesurant environ 120x165. 108 bois in texte au format 120x165. 130 bois divers, cul de lampe, en-tête, ornements.

Cet ouvrage a fait l’objet d’une édition au format 200x135 par Jean de Bonnot, éditeur à Paris en 1969. Celle-ci reproduit l’édition originale d’Ambroise Vollard. Elle comporte en sus de toutes les illustrations du livre et placés en tête de l’ouvrage, quatre bois hors texte à pleine page non utilisés dans l’édition originale de 1918.

De nombreuses lettres d’Emile Bernard au jeune André Maire attestent de la part que celui-ci prit dans la gravure des bois de cette  illustration. Emile Bernard lui envoyait ses dessins et les planches de bois à graver. Au début, en 1916, Bernard demandait à Maire de lui retourner les bois gravés pour en contrôler la gravure, plus tard en 1917, son travail réalisé, Maire portait directement ses bois gravés chez l’imprimeur Fequet. Bernard avait à l’origine tenté d’imprimer ces bois sur des teintes de fond ; il y renonça finalement mais quelques épreuves de ces essais existent. Par ailleurs, certain des grands bois destinés à cette illustration ont été utilisés dans les années 50/60 et ont fait l’objet de tirages abusifs souvent revêtus du tampon de la signature de l’artiste. Parmi eux, on peut rencontrer « Les cinq pendus aux corbeaux » réutilisé entre autre comme frontispice pour « Eloge de Emile Bernard » édition Bruker, « Les deux moines paillards surmontés d’un cygne aux ailes déployées », « Charlemagne et les trois rois », « Charlemagne tenant une épée et une sphère » ou encore « Une reine à la robe fleurdelysée » tenant un sceptre à la main et entourée de personnages.

 

accueilartistesœuvresbibliographiecontact
Terre de Bretagne: immobilier d'exeption